Et si on parlait un peu composition et perspective ?

Dans le jargon photographique, vous avez très certainement déjà entendu parler de « focale ». D’une définition claire pour certains, confondue à tort avec l’ouverture par de nombreux photographes, elle est directement liée à l’objectif : il s’agit indirectement, de l’angle de champ cadré.

Exprimée en mm, elle peut, selon le type d’objectif, être fixe mais aussi variable. Cette deuxième catégorie d’objectifs concerne les plus répandus actuellement, que l’on appelle communément « zoom ». Exemple : 18-200 mm. En effet, ceux-ci permettent de faire varier l’angle de champ cadré. Ainsi, on parle d’une focale courte (ex : 18mm) pour une vue type « grand angle », et d’une focale longue (ex : 200 mm) pour un cadrage plus serré.


Alors, si l’impact de la focale est relativement intuitif à appréhender (cadrage plus ou moins serré), il n’en n’est pas de même concernant la distance entre le photographe et le sujet. Les zooms ont donné à de nombreux photographes la fâcheuse habitude de ne plus bouger, préférant user de la bague de zoom plutôt que de leur jambes. Or l’une et l’autre des actions n’ont pas du tout le même effet ! En d’autres termes, quelle différence entre une photo prise de près au grand angle et une photo prise de loin à fond de zoom ?

Afin de répondre à cette question ou vous rafraîchir la mémoire, je vous propose de réaliser l’expérience en réalisant ces deux photos, sans rien changer à la scène (position du sujet et de l’environnement, axe du point de vue). Je remercie chaleureusement Didier qui a bien voulu se prêter à cette expérience en posant pour ces deux clichés, lors d’un récent stage photo. Il n’a donc pas bougé du tout entre les deux photos, comme nous venons de le voir, je n’ai fait que m’éloigner dans le même axe et « zoomer » pour la seconde photo.

Photo réalisée à 50 cm du sujet,
à l’aide d’une focale de 18 mm.
Photo réalisée à quelques mètres du sujet,
à l’aide d’une focale de 200 mm.

On s’aperçoit dans un premier temps qu’à occupation d’espace égale du sujet, la prise de vue de près en grand angle laissera place à de nombreux éléments dans le cadre en arrière plan, et inversement. Ces variations sont ce qu’on appelle communément la perspective. En regardant de plus près, on constatera dans les deux cas une présentation peu naturelle du visage : une exagération des volumes en grand angle, et à l’inverse un écrasement en longue focale. Ces effets sont également des effets de perspective ; on ne parle pas à proprement parler de déformation, qui est une caractéristique plutôt liée au défaut d’un objectif.

Certains (par expérience, la majorité, en fait) auront pensé que la profondeur de champ n’est pas la même. FAUX ! Si le flou d’arrière-plan paraît effectivement plus présent en longue focale (photo de droite), c’est simplement parce que son usage a agrandi cet arrière plan. La distance des premiers et derniers plans nets (def. de la PdC) reste inchangée (pour rappel, celles-ci ne varient qu’en fonction du cadrage et de l’ouverture). Vous pouvez agrandir la première photo afin de ramener l’arrière plan à la même échelle que la seconde, vous constaterez que le flou est strictement identique ;-)

Alors, vous allez me dire, tout ça, c’est bien gentil, mais sur le terrain, on fait quoi ? Eh bien, je vous dirai juste qu’on ne le répétera jamais assez : même si vous avez un zoom entre les mains, servez vous de vos jambes ! En modifiant la distance avec votre sujet ET votre focale (position du zoom), vous allez pouvoir choisir de laisser entrer ou sortir de multiples éléments du cadre (eux qui servent, pour rappel, votre composition d’image : équilibre, dynamique, lignes de force etc…). Attention toutefois aux déformations : l’usage de focales extrême n’est pas toujours recommandé. Ci-dessus, vous avez remarqué que la photo de gauche ne joue pas en faveur de Didier. Il est bon de savoir, à ce propos, que l’angle de champ couvert par l’œil humain correspond à une focale d’environ 50 mm (Valable en 24×36. Plutôt 35mm si vous avez un boîtier type APS-C).

A bientôt pour de nouvelles techniques de composition !

Texte et illustrations © 2013 // Mise à jour 2016 – Nicolas PERRIN

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>