Retouche d’image : de l’idée reçue au purisme…

• Pour restituer la réalité, je dois laisser mes photos à l’état le plus brut possible.

Faux ! Lorsque vous observez une scène, vos yeux et votre cerveau apportent inconsciemment une couche d’interprétation toute subjective. Ne serait-ce que par votre capacité de focalisation sur les éléments, au détriment d’autres, que vous ignorez inconsciemment. C’est de ce mécanisme que naît le choix d’un cadrage. Par ailleurs, vos yeux sont dotés d’une dynamique bien plus grande que celle de votre appareil : ils permettant de vous restituer les plus fins détails simultanément dans les basses et hautes lumières, chose que vous savez particulièrement délicate en photographie (déjà en argentique et d’autant plus en numérique). Ensuite, le simple choix d’un temps de pose, ou même d’un traitement noir et blanc montre qu’une photo brute n’est pas nécessairement conforme à notre vision des choses ; pourtant ces procédés photographiques mis en œuvre dès la prise de vue sont communément pratiqués et acceptés par les plus puristes d’entre nous :-)

explozoom
Cette photo reflète-t-elle la réalité ?
Pourtant, elle est brute, sans aucune retouche

• La retouche, c’est de la triche.

Comme nous venons de le voir, la réalité est déjà largement altérée à la prise de vue, en premier lieu par le choix d’un cadrage mais aussi d’un certain matériel et de réglages induisant un degré d’exposition, une profondeur de champ, un rendu particulier du mouvement… La photo numérique brute est souvent bien au delà de la réalité ; et même, la retouche vise souvent à la rapprocher de cette réalité ! Réalité somme toute quoi qu’il en soit parfaitement subjective, justifiée même par la raison d’être de la photographie : ce qu’on nomme l’intention photographique, son départ étant le partage d’un sentiment vrai, d’un ressenti, d’une vision. Penser montrer une vérité objective est erroné et illusoire ; chercher à y parvenir est très réducteur pour l’art de la photographie !

• A l’époque de l’argentique, on ne retouchait pas ses photos.

Soit les colporteurs de cette idée ne sont jamais entrés dans un labo, soit ils ont la mémoire bien courte ! Pendant des décennies, les photographes ont effectué des traitements croisés, choisi des grades de papier sous l’agrandisseur pour définir le contraste de leur image, réalisé des masquages… certains grattaient même leurs négatifs pour gommer des détails. À l’époque, on retouchait chaque tirage au pinceau pour en éliminer les défauts !

retouche-photo-argentique
Un portrait de James Dean à Times Square par Dennis Stock

• La retouche, c’est trop facile.

C’est en tout cas ce que pensent ceux qui ne retouchent pas leurs photographies ! Réaliser un traitement adapté est très difficile et peut être particulièrement chronophage. Et si ce n’était pas le cas, je n’aurais pas tant de de demandes de cours sur Lightroom et Photoshop… et obtenir un tirage conforme à notre traitement est encore une autre paire de manches. Oh oui, vous goûterez bien un jour aux déboires de la colorimétrie !

• Avec la retouche, on peut bâcler la prise de vue !

Et on corrige en trois clics sous Photoshop… eh bien non ! La retouche ne peut rattraper une mise au point erronée,  un temps de pose mal choisi, un cadrage impertinent. Une photo loupée restera une photo loupée, et avec la retouche, on ne triche pas. Au mieux, on optimise, et un bon traitement ne peut être qu’au service d’une prise de vue soignée. Et pour un portrait, on ne maquille pas le modèle sur Photoshop…

• Un bon photographe ne doit pas recadrer ses photos.

Tiens donc !? Aussi doué que soit le photographe, une bonne chose à savoir en premier lieu : hormis les appareils professionnels, le viseur d’un appareil photo tronque légèrement le cadrage réel. Ainsi, il est fréquent que des éléments parasites se retrouvent dans le cadrage à l’insu du photographe. Je vous propose de prendre la question dans l’autre sens : n’est-il pas un tantinet « honteux », ayant remarqué sur l’ordinateur qu’une photo penche un peu, ou que son cadrage trop large fait entrer un élément particulièrement disgracieux, de la présenter telle qu’elle ? …

• Il est plus éthique d’utiliser des filtres lors de la prise de vue plutôt que de la retouche.

Et pourquoi donc ? Rendre à ce point ‘Sacré’ l’instant de prise de vue et décrier les manipulations postérieures n’a aucun sens. Les réglages et accessoires utilisés lors de la prise de vue ne sont autres choses qu’un traitement (ou modification si vous préférez) appliqué non pas à la photo mais en amont, directement à la lumière de la scène. Néanmoins, je vous accorde l’idée qu’une prise de vue aboutie fait gagner un temps précieux, et optimise grandement la qualité intrinsèque finale de l’image. En effet, même en RAW, des curseurs trop poussés se montrent souvent destructeurs.

avantapres
Si vous pensez qu’un filtre pourrait faire ce travail, bon courage pour le trouver…

• Un bon photographe devrait montrer ses photos brutes.

Ah bon… Un photographe qui ne montre que des images brutes est, selon moi, au contraire, quelqu’un qui ne va pas au bout de ses idées, et accepte de montrer une production non aboutie. Apporter sa couche d’interprétation personnelle en définissant le rendu de ses images fait partie de la démarche photographique. Ne laissez pas vos photos sous forme d’ébauche ! Un peintre s’arête-il à ses esquisses ?

 • La photographie est un outil documentaire…

…comme un témoignage d’un instant qui ne doit pas être retouché. Oh mon Dieu quelle vision réductrice de la photographie ! Selon son utilisation supposée, une image peut avoir des fonctions tout à fait différentes : elle peut conduire, tout comme la poésie, la littérature, la musique, la peinture… à faire rêver. La fidélité à la réalité n’est pas une obligation, ni même un gage de talent !

avant
AVANT traitement (image « brute », sans aucune retouche)
après
APRES traitement, vision subjective.

Considérons donc la retouche d’un regard plus juste sur celle-ci,
oublions nos préjugés, et photographions avec les outils de notre temps !

Envie de vous y mettre ? intéressé pour prendre un cours ? Jetez un œil ici ;-)

Texte et illustrations © 2014 – Nicolas PERRIN

7 Commentaires

  1. Florian 20 juin 2014 Répondre

    Merci beaucoup pour cet article, je suis en train de découvrir la partie blog de ton site est c’est franchement très instructif.
    En tout cas quel boulot de retouche formidable que tu fais sur tes photos, l’avant/après de la montagne est tout simplement bluffant.

  2. Arnaud 7 avril 2014 Répondre

    Très bon article !
    Je rajouterai que pour moi la bonne retouche c’est celle que l’on ne voit pas forcément !
    Jouer sur un contraste, une balance des blancs sont des étapes essentielles pouvant sublimer une photo sans en faire perdre l’essence.
    Je suis beaucoup plus dubitatif avec le HDR qui fait souvent des photos très graphique, mais uniquement graphique le plus souvent.
    L’apport de Flou est lui aussi trop souvent amateur et c’est criant de fausse vérité.
    Enfin, une belle photo fait oublier les moyens mis en place pour y parvenir, ce n’est alors plus intéressant d’avoir tout le cheminement, tant que le résultat est beau.

    • Auteur
      Nicolas 7 avril 2014

      Merci Arnaud, je suis assez d’accord dans l’ensemble. Je n’apprécie pas la plupart des HDR non plus, mais je connais quelques maîtres en la matière qui pourraient te faire changer d’avis, comme « Beboy », dont tu trouveras le lien dans le menu Galeries -> Inspirations du moment ;-)
      A bientôt ! Nicolas

  3. Dominique 3 avril 2014 Répondre

    Comme agb83 je découvre cette article que j’ adore aussi,en tant que photographe amateur j’aime gardez au maximum mais photos tel quel j’ utilise de temps en temps la retouche car malheureusement nous ne pouvons pas nous offrir tel ou tel objectifs filtres etc etc car nous en avons pas les moyens rien quand on veux un objectif pour des qualité professionnel il faut déjà compter sur plus de 1500 € et des filtres à plus de 100 €,d’ ailleurs j’ en profite de dire au grandes marque si les accessoires serait plus raisonnable en prix je pense qu’ il aurai une meilleurs vente et il le devrait car d’ ici peu avec les nouvelles technologie qui veulent envoyez rien que pour les téléphone portable cela va devenir très dur, et que nos appareils reflex même de haute gammes vont durer moins longtemps que les réflexe argentique

    • Auteur
      Nicolas 3 avril 2014

      Bonjour Dominique,

      Les choses que j’aborde dans cet article n’ont à mon humble avis pas grand chose à voir avec le matériel ; une optique pro ne nous affranchit en aucun cas de l’étape du traitement d’image. Quand je parle de traitement, j’entend couche d’interprétation subjective, ce que ne fera pas à notre place le meilleur des matériels. Tout au mieux, cela nous évitera des corrections de défauts d’optique (vignettage, AC, …) qui ne transforment pas fondamentalement l’apparence d’une photo. Et puis, ces corrections se font aujourd’hui en un clic, voire en natif dans certains boîtiers.

      Ensuite concernant les tarifs de matériels techniques pointus, je ne suis pas tout à fait de votre avis. Les coûts de fabrication des produits d’optique en général sont toujours restés très élevés, car font appel à une quantité importante de main d’oeuvre humaine spécialisée. Ils ne font pas l’objet d’une valeur ajoutée importante, contrairement aux produits très grands publics que vous citez (smartphones), fabriqués en ultra grande quantité et donc avec des coûts optimisés, et qui font l’objet de tolérances de fabrication bien moins fines. Pour exemple, les filtres que j’utilise (LEE) sont teintés à la main, et il y a encore un an, il fallait faire preuve de patience pour s’équiper, leurs ateliers affichant 6 mois d’attente pour certains modèles.

      Ensuite les lois de l’optique sont ce qu’elles sont, et je ne pense pas que l’on puisse penser que les nouvelles technologies puissent un jour les remplacer. Le progrès concerne principalement l’électronique et sa miniaturisation, ce qui est tout aussi coûteux (métaux rares VS silice). Pour ce qui est des APN intégrés aux téléphones, même si les progrès de ces dernières années sont considérables, on est encore à des années lumières d’un bon reflex avec une optique lumineuse, tant au niveau de la dynamique et de la profondeur de champ, sans parler de l’ergonomie : personnellement, la visée à l’écran ou même dans un viseur électronique ne m’a jamais convaincu.

      Au plaisir :-)

  4. agb83 3 avril 2014 Répondre

    Bonjour

    Je découvre par hasard cet article que j’adore.

    Une dernière pensée, je trouve qu’il vaut mieux avoir de l’émotion devant une photo retouchée que j’emm…der devant une brute de capteur (à savoir un RAW), parce que le jpg est un fichier retouché, beaucoup l’oubli.

    Alain

    • Auteur
      Nicolas 3 avril 2014

      Tout à fait Alain. Dans l’art seule la finalité compte, qu’importent les moyens ! Tout à fait pour le jpg, bien qu’on puisse obtenir un JPG tout aussi brut qu’un RAW. (Par ailleurs, beaucoup oublient aussi que même un RAW est sujet à interprétation lors du dématriçage…)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>