Photographes de paysage, comment choisir votre trépied ?

 

Accessoire le plus important du photographe de paysage, le choix d’un trépied s’avère être un véritable casse-tête. En effet, constructeurs et rééférences se multiplient, nous proposant aujourd’hui une offre incroyable, répondant aux besoins les plus précis des photographes les plus exigeants. Pour s’y retrouver, le plus simple est dans un premier temps de définir son cahier des charges, en fonction de son besoin technique et de son budget.

A savoir : Un trépied qui se veut technique est souvent vendu sans rotule. Cette dernière est en effet un autre élément technique, que l’on confrontera également à un cahier des charges bien précis. Cela fera peut-être l’objet d’un futur article…

 

1. Le poids supporté

Il s’agit de choisir un trépied adapté à votre matériel. Un trépied sous dimensionné ne remplira pas son rôle (et sera même dangereux pour votre matériel), à l’inverse un pied sur-dimensionné ne fera pas mieux le job et sera trop lourd, encombrant et cher. Calculez donc le poids de votre matériel (boitier + objectif + filtres + …), puis :

• Si vous ne faites pas de pose longue et/ou de photo nocturne, multipliez-le par 3. Cela nous donne, pour un boitier moyen sans grip avec un grand angle, une charge admissible de 5-6 kilos.

• Si vous faites de la pose longue (> 10s) et/ou par conditions météo agressives (vent) : multipliez-le par 6. Pour la même config, on obtient une charge admissible de 10-12 kilos. Si cela vous paraît fort, pensez que vous suspendrez souvent votre sac sous la colonne centrale pour favoriser la stabilité.

Bon à savoir : les constructeurs ne mesurent pas tous la charge admissible de la même façon, les tolérances sont variables. Et comme dans l’automobile, certains ont la fâcheuse tendance à  exagérer les chiffres…

 

 trepied-sac-accroche
Trépied Phottix TA-285C, donné pour 14 kgs.

 

2. La hauteur max.

C’est une question de confort. Plus la hauteur max sera grande, plus le trépied sera lourd (et cher). Quel que soit le trépied, le viseur de votre APN se retrouvera au mieux 15-20cm plus haut que cette hauteur (selon la hauteur de l’ensemble rotule + boitier). Idéalement, pour travailler confortablement, le viseur doit arriver à la hauteur de votre œil (votre taille -10 cm). Ainsi par exemple, si vous mesurez 1m70 => choisissez un trépied avec une Hmax d’au moins de 1m40.

Ceci est valable si vous évoluez sur terrain facile/plat (vos pieds à la même hauteur que ceux du trépied). Si vous souhaitez pouvoir vous installer dans des terrains pentus/chaotiques avec une bonne hauteur, prévoir 20-30 cm supplémentaires n’est pas un luxe.

Bon à savoir : la caractéristique Hmax annoncée sous-entend le déploiement total de la colonne centrale, ce qui est loin d’être optimal en terme de stabilité. Aussi, pensez à regarder la hauteur max colonne rentrée : en pose longue, on préférera cette configuration beaucoup moins sensible aux vibrations causées par le vent.

 

3. Le poids

J’ai nommé l’ennemi numéro 1 du randonneur photographe. Ce critère sera toujours un compromis : on ne peut avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. Entendez qu’un trépied ultra-light ne peut pas être des plus stables. Et si vous le souhaitez plutôt léger, stable et grand (non, je ne suis pas voyant :-) ) eh bien il sera assez onéreux.

Aussi, la question à se poser est : mes virées s’apparentent-elles plutôt à de la ballade familiale du dimanche ou à de la randonnée ? Dans le second cas, plutôt quelques heures, sur la journée ou au long cours ? Le critère du poids prendra toute son importance dès lors qu’on aura d’autres effets lourds sur le dos, comme de l’eau, une tente, un duvet, de la nourriture pour 3 jours… Pour un photographe de paysage qui marche pas mal, le poids typique d’un trépied « cohérent » (hors rotule) est compris entre 1 et 1,5 kg.

A savoir à propos du carbone : il ne permet pas de gagner tant de poids que ça, car cela ne concerne que les tubes, déjà plutôt légers lorsqu’ils sont en aluminium. Non, le principal intérêt du carbone réside, à section égale, dans sa rigidité, ainsi que sa stabilité face aux changement de température (pas de dilatation). Si votre budget vous le permet, faites-vous plaisir. Cela vous épargnera également le toucher glacial de l’aluminium aux saisons les moins chaudes.

 

4. Conception et fonctionnalités

• Jambes

Préférer un trépied à jambes indépendantes et dont l’angle est réglable, pour une adaptabilité maximale au terrain, qui est parfois pentu voire chaotique…

trepied-ok

 

• Type de repliage

Le critère d’encombrement replié sera plutôt important si vous faites de la randonnée. En effet, il est parfois préférable de pouvoir le mettre dans son sac : l’accrochage du trépied à l’extérieur du sac est souvent délicat (parfois impossible), d’autant plus si le sac n’est pas complètement rempli (soucis d’équilibre). Les modèles dont les jambes se retournent à 180° autour de la rotule sont beaucoup plus compacts, permettant souvent d’être rangés dans votre sac sans même avoir à démonter la rotule.

Attention, les grands modèles très compacts (~ 40cm repliés) sont souvent construits autour de jambes en 5 sections, au détriment de leur rigidité. Si vous vous orientez vers ce genre de modèle, privilégiez un diamètre de la plus grande section d’au moins 28mm (éviter les 25 mm, conduisant à un dernier brin bien trop fin). Enfin, ne surtout pas choisir un trépied dont la colonne centrale est télescopique (cas du trépied ci-dessous).

QQ622A56FE20131101124024_zps3861cc37

 

• Système de blocage des jambes

Concernant le système de serrage des jambes télescopiques, je préfère personnellement le système à vis au système à loquets. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas moins rapide de déployer ce genre de trépied, dès lors qu’on a compris qu’un quart de tour suffit à débloquer…

Concrètement, les avantages sont les suivants : si on serre assez fort les vis, on peut se servir du trépied comme bâton/tabouret… les loquets ne serrent souvent pas assez les tubes, qui se rétractent souvent sous la charge. Ensuite, les trépieds à loquets finissent souvent par avoir besoin d’être réglés tant ils ne serrent plus (ce qui, par ailleurs, n’est pas possible sur tous les modèles). Enfin, les loquets dépassent et ont la fâcheuse tendance à s’accrocher dans les sangles des sacs à dos.

visloquets

• Monopode intégré ?

Certains modèles offrent la possibilité de détacher une des jambes afin de s’en servir comme monopode. Vous aurez compris que c’est une option très intéressante si vous pratiquez également la photo animalière au téléobjectif.
Ces marques proposent cette option sur certains de leurs modèles : PHOTTIX, BENRO, SIRUI, MEFOTO…

jambe-detachable

• Colonne basculable ?

Certains modèles offrent la possibilité de placer la colonne centrale à l’horizontale. Cette option est très utile en prise de vue au ras du sol (macro), évitant d’avoir à inverser la colonne centrale et de se tordre le cou à l’envers pour lire l’écran. Noter cependant que cette option se paie, et n’est pas sans alourdir le trépied.

Quelques marques proposant cette option sur certains de leurs modèles : MANFROTTO, VANGUARD, GIOTTOS, BENRO.

colonne-horizontale

Option pointes

L’usage du trépied sur un terrain naturel est beaucoup plus efficace avec des pointes à la place des patins en caoutchouc. Certaines marques (SIRUI) proposent un système rétractable très pratique tandis que d’autres proposent un système interchangeable, avec des pointes parfois fournies, parfois en option.

 

pointe-retractable

 

5. Le budget

Un trépied est un accessoire qu’on gardera à vie s’il a bien été choisi. Il est un des garants primordiaux de photos de qualité, et d’un certain confort (donc du plaisir qu’on prendra à l’utiliser). N’hésitez pas à y mettre le prix. Un mauvais choix vous conduira à un second achat qui vous aura finalement coûté bien plus cher. Difficile de trouver un compromis sérieux à moins de 100€. (Gardez à l’esprit qu’il faudra prévoir un budget d’environ la moitié du prix du trépied dans la rotule).

 

6. Les marques & revendeurs

Leaders du marché, leur qualité n’est plus à prouver, mais les tarifs sont souvent trop élevés au regard de la fiche technique :
• Manfrotto (Réputation des séries 190 et 055 plus à faire)
• Gitzo (absolument hors de prix mais réputés increvables)
• Vanguard (un poil lourd mais finition très sérieuse)

Moins connus mais spécialisés dans le domaine :
• Giotto’s
• Feisol
• Sirui (garantie 6 ans)

Accessoiristes chinois proposant des trépieds d’un très bon rapport Q/P :
• HorusBennu
• MeFoto
• Phottix
• Triopo

A éviter absolument :
• Benro (baisse de qualité)
• Hama
• Velbon

Où acheter ?
• En France sur le web, Digit-photo (choix + sérieux) et MissNumérique se partagent la majeure place du marché du matériel photo. Vous trouverez chez eux un choix de trépied considérable à des tarifs intéressants.
• A noter également : Jama (revendeur Feisol), Lovinpix (revendeur Sirui + Triopo)
• Les accessoiristes chinois sont principalement présents sur la plateforme de marché ebay,et sont pour la majorité assez sérieux. Pensez à cocher l’option « dans le monde entier » lors de vos recherches.

Un conseil avant d’acheter ? Contactez-moi !

 

 

Texte et illustrations © 2014 – Nicolas PERRIN

 

4 Commentaires

  1. Jacques 27 juillet 2017 Répondre

    Bonjour Nicolas,

    Étant à la recherche de mon premier trépied, je parcours beaucoup de sites internet/forums et visionne énormément de vidéos également, lorsque je tombe sur votre article clair et précis.

    Cependant, j’ai une question au sujet des marques que vous recommandez et recommandez moins, mais vous ne citez pas Cullmann. Dans quelle catégorie parmi les quatre vous la classeriez svp ? (si tant est que vous la connaissiez et pouvez la juger).

    Merci pour votre aide.

    • Auteur
      Nicolas 1 août 2017

      Bonjour Jacques :)
      A ma connaissance, toute la série concept one est d’un rapport Q/P plutôt bon.
      C’est un constructeur allemand sérieux, digit-photo et jama le diffusent.
      Peut-être une bonne alternative…
      Bonne journée !
      Nicolas

  2. Erich 15 janvier 2015 Répondre

    Came here to say that whoever wrote this article should be congratulated, as the whole article could be easily automatically translated to english – nice writing.
    Anyway, this was the only review that covered all the aspects involved in the search of the perfect tripod for the outdoor lover – and even the judgement of the brands was fair. This article clarifies « who » should you focus with a specific budget.
    I have seen you’ve chosen, or at least, you’re the only person on the web (google germany) who have pictures of the Phottix TA – 285C being used. I’ve bought it too, as I’ve found it for €229,00 in an offer. What do you think? For a 1,80m guy like me this was the best weight/size/features/price ratio I could find.
    Anyway, I’m writing this so maybe someone else can find information about it today or in the future, although for 2014 this model was already unavailable in their catalog. Shame.
    One last thing, you know which model/design (branded one) this Phottix « copies »? I couldn’t identify it.
    Nice blog!

    • Auteur
      Nicolas 17 janvier 2015

      Hi, thank you very much for your message :-)
      Effectively, it’s on my mind the best weight/size/features/price tripod we could find for a tall photographer (i’m 1.85m height). I think the price €229 is correct. It’s the better price we can buy it in France, on http://www.digit-photo.com, which is one of my regular sellers.
      I don’t know any equivalence on branded models, perhaps the FEISOL CT3441-T which is little more lighter.
      Hum… excuse me for my approximative english speaking.
      Have a nice day, it’s always pleasure to exchange about photo !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>